Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnet de bord littéraire

Carnet de bord littéraire


Charlotte de David Foenkinos

Publié par Plume vive sur 22 Décembre 2016, 22:40pm

Catégories : #Historique Frisson Policier

« Charlotte », est un roman biographique, écrit en 2014 par David Foenkinos, il évoque le destin de Charlotte Salomon, une artiste peintre juive, gazée à l’âge de 26 ans, alors qu’elle était enceinte de son premier enfant. Ce livre retrace sa vie de la naissance à sa mort.

Lorsque vous rentrez dans l’univers de « Charlotte ».
Vous rentrez dans un monde un peu à part, où chaque phrase semble sans que l’on ne sache pourquoi vivre sa vie indépendamment des autres.
Chaque point signifie un retour à la ligne.
Ce style qui semble si poétique à première vue n’a pourtant rien de mélodieux.
Aucun rythme, aucune rime ici.
Aucune figure de style.
Juste des pensées entrecoupées.
Qui se suivent cependant.
Si c’est agréable pour les yeux.
Plus que ces longs écrits aux multiples virgules.
Cela n’a aucun intérêt.
Quant à la justification de l’auteur, elle ne m’a en aucunement convaincue.
Elle m’est apparue surfaite et peu crédible.
Théâtrale.

L’utilité de ce style n’est donc pas dans le contenu. Mais dans la lisibilité.
 

Quant au personnage de Charlotte.
Il est creux, vide et peu crédible.
Peu intéressant aussi.
Elle est là, sans être là.
Elle ne sait pas quoi dire.
Elle n’agit pas.
Elle paraît subir sa vie et non pas la vivre.
Ce n’est pas une héroïne.
Ni une artiste incomprise.
Tout juste si elle est obsédée par Alfred.
Mais là aussi, rien d’autre qu’une simple histoire d’amour assez morne.

Pourquoi peu crédible ?
Car l’auteur s’incruste souvent dans son roman
Autour d’anecdotes qui décrédibilise ce roman.
Gâche sa volonté de réalisme.
Comme si l’auteur choisissait de nous rappeler inlassablement.
Non pas que Charlotte a réellement existé.
Mais plutôt que tout ce qu’il dit sur elle n’est pas exact.
Que ces pensées décrites sont imaginaires.

 

 

Au final, lui comme nous ne savons rien d’elle.
Ne connaît pas grand-chose de plus que Modiano, qui nous raconte dans son roman « Dora Bruder » la vie de Dora, une inconnue découverte dans le journal.
Même si ici, au moins, j’ai réussi à accrocher…
Et ne pas m’ennuyer.
Ni à lâcher.

D’autre part, ses incessantes interruptions, outre le fait de nous rappeler le coté romanesque de cette biographie, sont peu utiles.
Elles n’amènent jamais le lecteur quelque part.
Tout juste s’il précise l’endroit où il est, son rapport avec Charlotte mais rien de plus.
Il est obsédé par Charlotte, sa peinture.
Mais pourquoi au juste ?
Comment est-elle sa peinture outre « un éclat de couleur » ?
Rien.
Je ne peux en tant que lecteur me la représenter, avoir ne serait-ce une idée vague d’un de ses tableaux.
Et ces moments aussi, où on attend, lecteur impuissant, une action de sa part.
Afin de lever le voile par exemple sur sa dénonciation.
Il reste sans action devant cette révélation.
« Certains savent qui a dénoncé Charlotte Salomon »
Le lecteur se réveille alors intrigué.
Qui est-ce ?
Il est peut-être plus intrigué par cette question que l’auteur lui même
« J’y pense souvent depuis.
Aurais-je dû poursuivre l’enquête ?
Trouver le fils ou la fille de celui ou celle qui l’a dénoncé ?
Dans quel but ?
Est-ce vraiment important ? »
Oui c’était important.
Oui j’aurais aimé le savoir.
Sans aller jusqu’à trouver le fils ou la fille de celle dénoncée pour lui faire passer un mauvais quart d’heure.
J’aurais aimé comprendre.
Mais l’auteur reste ici comme pudique.

Alors qu’il se gêne beaucoup moins à d’autres moments.
Dans les camps, sa situation avec son grand père, la folie de grand-mère.
Et surtout cette dernière scène où l’auteur va jusqu’à rentrer dans « les douches ».
Avec elle.
Il en profite pour faire des comparaisons un peu légères.
« Comme dans une prison »
Cette scène qui aurait été intense dans un roman autobiographique ou dans une fiction.
Semble juste déplacée ici.
Dans une biographie.

 

Dernière petite chose.
Pourquoi l’auteur continue-t-il ce roman après la mort de Charlotte ?
C’est sa biographie non ?

Commenter cet article

Archives

Articles récents