Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnet de bord littéraire

Carnet de bord littéraire


Interview de Jean Marc Dhainaut n°2

Publié par Plume vive sur 7 Août 2017, 17:21pm

Catégories : #Interview

Je vous avais déjà présenté cet auteur lors de la sortie de son premier roman que j'avais chroniqué Au delà d'un destin. Depuis, il a sorti un deuxième livre, auquel j'ai également consacré un article: La maison bleu horizon

  1. Vous semblez particulièrement apprécié les thèmes de l'histoire et du voyage dans le temps ? Si vous en aviez la possibilité, le tenteriez vous ? Et si oui à quel époque ?
    Si j’en avais la possibilité, alors oui je tenterai un voyage dans le temps, c’est un domaine qui m’intrigue et qui m’a passionné fut un temps. Je lisais beaucoup diverses expériences, témoignages ou revues scientifiques à ce sujet. L’époque qui m’attirerait serait incontestablement le Moyen Âge. Je suis intimement persuadé que si beaucoup d’historiens ou scientifiques en feraient, eux aussi, qu’ils se sentiraient frustrés de voir bon nombre de leurs affirmations ou hypothèses sur notre histoire, s’effondrer comme des châteaux de cartes.
  2. Pourquoi avez vous choisi de situer votre roman en 1985 ?
    Je ne sais pas quel âge vous avez, mais en ce qui me concerne j’ai grandi avec les années 80. Ce sont des années mythiques, des années dotées d’une âme certaine. Il s’y est passé tellement de choses sur tellement de plans qu’elles me permettent de jongler avec beaucoup d’émotions et de nostalgies. De ce fait, j’ai eu envie de les utiliser pour renforcer le fond de l’histoire, surtout pour ceux qui ont connu ces années-là. 
  3. Une suite est elle en cours pour Au delà d'un destin ?
    Alors, l’idée de la suite je l’ai pour l’instant mise de côté au profit d’autres éventuelles enquêtes d’Alan Lambin (si tout se passe bien, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant), mais je n’y renonce pas. Cette suite s’appellerait  L’épée de Sophie . Mais, là non plus je ne peux la spolier. Rien que le titre, si vous avez lu mon premier roman, peut déjà vous laisser entrevoir beaucoup.
  4. Qu'auriez vous fait à la place du personnage d'Hélène en apprenant que votre maison était hantée?
    Sans doute la même chose qu’elle : rationaliser d’abord, rassurer l’entourage, garder mon sang froid, et en dernier recours solliciter l’aide d’une personne compétente sur ce qui aurait fini par me dépasser.
  5. Un troisième roman va t'il voir le jour prochainement ? Et si oui peut-on en savoir plus ?
    C’est en projet, mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant, mais il s’agira d’une nouvelle enquête d’Alan Lambin, qui se retrouvera confronté à d’autres fantômes du passé. La logique est telle que l’Histoire est riche en événements troublés, et il n’y a jamais, selon Alan, de fantômes sans troubles. Un monastère isolé au bord de falaises normandes, d’anciens parchemins relatifs aux templiers (s’il faut en croire un expert), et surtout une armoire du XIIème siècle qui appartenait au monastère, qu’une jeune fille acheta un jour dans un vide grenier, et imprégné d’une mémoire tourmentée par le sombre secret qu’elle renferme. Voilà de quoi plonger Alan, cette fois accompagné de Mina, son assistante, dans une nouvelle et frissonnante (j’espère) enquête. 
  6. Comment avez vous eu l'idée de cette histoire ?
    D’abord parce que je suis curieux vis-à-vis des phénomènes de hantises. Je n’en suis pas passionné, mais juste ouvert à toutes les hypothèses à leur sujet. Faut-il rejeter l’existence de ce qu’il est impossible d’affirmer ? Le paranormal, dans le fantastique, offre tellement d’ouvertures à l’imaginaire et un tel champ de possibilités que j’y plonge tout entier. C’est mon trip, en quelque sorte. Ensuite, parce que la partie historique sur la Première Guerre mondiale est née d’une expérience personnelle liée à des recherches généalogiques. L’idée du roman est donc née naturellement en mariant ces deux domaines. J’explique d’ailleurs cela en détail sur cet article de mon site web :  Lorsque j’écris un roman, les gens pensent que je me suis beaucoup documenté. En fait, oui et non. Etant curieux et passionné par des tas de sujets par nature et un peu touche à tout, j’apprends sans aucune prétention de ce que je découvre, du domaine en question dans lequel je me suis investi durant quelque temps. Cela passe par différentes choses que j’ai pratiquées telles que certaines périodes de l’Histoire, la généalogie, l’archéologie etc… Je puise finalement mon inspiration dans des centres d’intérêts ou des passions avec lesquels j’ai flirté, et l’imagination fait le reste.

Merci pour ces réponses qui m'auront apportées quelques éclaircissements !

Commenter cet article

Archives

Articles récents