Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnet de bord littéraire

Carnet de bord littéraire


Lever de rideau sur Terezin ✒️✒️✒️✒️ de Christophe Lambert

Publié par Plume vive sur 29 Novembre 2015, 10:54am

Catégories : #Historique Frisson Policier

Lever de rideau sur Terezin ✒️✒️✒️✒️ de Christophe Lambert
Très bonne mise en scène

L'histoire:

Novembre 1943. Après des mois à se terrer à Paris, dans une chambre de bonne, le célèbre dramaturge juif Victor Steiner est arrêté et déporté. Etant donné sa notoriété, on lui a promis "un traitement spécial" : on l'envoie en Tchécoslovaquie, à Terezin, un camp qui ressemble à une petite ville. A première vue. Car il y règne autant de violence que dans les autres camps nazis. Mais Steiner a la surprise de s'y découvrir un fan : un officier SS qui lui commande une pièce. Elle devra être jouée lors d'une visite de contrôle de la Croix-Rouge internationale, dans le grand théâtre de Prague. Ecrire pour les nazis ? Steiner s'y refuse. Mais il n'a pas le choix, et la Résistance interne au camp finit de le décider : ce spectacle pourrait être l'occasion de faire évader des prisonniers...

Mon avis:

Une jolie pièce de théâtre vient de se dérouleur sous mes yeux : les acteurs qui y jouent tous juifs incarnent la troupe de Molière.

Une representation de théâtre dans un camps.

Le roman est intéressant de part son contexte historique : les camps de concentration et la visite de la croix rouge.

Les personnages sont assez réalistes. Les nazis sont pour certains méchants mais restent des êtres humains avec leurs failles...

Plusieurs scènes sont particulièrement bien écrites, celles de la recherche par Steiner des listes dans le bureau de Walz et de la conversation sur la fin de la guerre qui y suit...

Ainsi que la visite du camps qui même si elle est très proche de la réalité semble complètement fantaisiste .

Comment des gens ont pu croire à une telle mascarade???



Maintenant cela semble incroyable mais à cette époque trouble, c'était normal... Et ça c'est incroyable, la force de la persuasion...

Le style d'écrire est fluide et même particulièrement beau à la fin dans la pièce de théâtre en alexandrins (rimes) qui sonnent très justes .

Ce que je retiendrai de ce livre : il sonne juste, pas mélodrame, ni exagération...

La fin est ouverte et même si j'ai tendance à ne pas aimer les fins ouvertes celle-là ne m'a pas dérangée. Car à la fin qu'il meurt ou pas n'est pas l'intérêt de l'histoire.

Si vous avez aimé, je vous conseille Max, un autre point de vue de la guerre...

"Je n'ai personne à qui dire au revoir alors c'est à vous madame que je le dirai"

P 275

L'inconvénient quand on est créatif c'est qu'on a de l'imagination pour le meilleur et pour le pire

P287

Deux autres représentants avaient été convié à la visite des camps mais ils avaient refusé car le 23 juin tombaient pendant leur vaccance

P 293

Commenter cet article

Archives

Articles récents