Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnet de bord littéraire

Carnet de bord littéraire


Premier chagrin ✒️✒️✒️ de Eva Kavian

Publié par Plume vive sur 16 Avril 2016, 11:37am

Catégories : #Emotions, #Contemporain

Premier chagrin ✒️✒️✒️ de Eva Kavian

On devrait apprendre à vivre comme si on allait mourrir

p 93

Ma petite annonce:

C'est sa couverture, assez originale que j'ai remarquée et c'est le résumé assez mystérieux qui m'a donné envie de prendre ce livre et j'avoue que j'ai apprécié ce court roman.

Sophie, 14 ans décidé afin de récolter les 250€ qui lui permettront de partir en stage de montage de film, de répondre à une annonce de baby sitting. Mais qu'elle est sa surprise, quand elle s'aperçoit que c'est une mamie et non une jeune maman qui l'a embauché.

Mouche est une vieille femme atteinte du cancer, qui emploie Sophie afin de l'aider à s'occuper de ses petits enfants quand ils viendront la voir.

À partir de ce moment rien ne va aller comme prévue et la vie de Sophie va être bouleversée.

Déjà, la mort est le sujet principal de ce roman. Enfin, plus précisément l'attente de la mort, les préparatifs ( choix du cercueil, pompe funèbres, et musique, épitaphe, relecture de lettres...)et le comportement des gens envers la maladie et le décès.
Rien de très joyeux, même si l'auteure ne fait rien pour plomber l'ambiance.
Les différents sujets, souvent tabous autour de la mort sont évoqués comme l'euthanasie ou la religion.
Même si l'écrivaine ne prend pas réellement partie.
Le seul message qu'elle semble vouloir faire passer est, comme le dit différemment John F.Kennedy "Il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie, mais plutôt d'essayer de rajouter de la vie à ses années"
Le thème est abordé d'une façon assez douce.
Tout comme, les soins ou les souffrances de Mouche qui sont certes expliqués de façon clairs mais pas crûs.

Par ailleurs, ce qui m'a marqué est l'évolution des deux personnages principaux à travers ce roman...

  • ​Mouche, au départ qui impressionne par sa franchise et sa joie, et qui s'éteint malheureusement petit à petit comme la lueur d'une bougie...
  • Sophie, qui passe du monde de l'enfance à celui des adultes, ce qui ne se fait pas sans heurts, ni douleur (rapport au titre). Elle est assez complexe et m'a parfois fait sourire avec ces remarques...

Les mensonges d'adultes:
J'ai du travail
Je n'ai pas assez de temps
Je n'ai jamais promis ça
Je te dis toujours la vérité
(...)

Les mensonges d'ados aux adultes
C'était déjà cassé
Je n'ai plus faim
Tout mes amies ont un gsm
Pourtant j'avais étudié
Ma mère a oublié de signer
(..)

Les mensonges d'ados aux ados
Avec ma mère on se dispute tout le temps
Je ne lui ai rien dit
Ma mère préfère qu'on reste en famille
Je dis toujours la vérité

p 87

Concernant, les protagonistes plus secondaires, tels que la mère de Sophie, qui est assez important et surtout très humaine.
Elle fait des erreurs, car ce n'est pas une super héroïne, mais elle fait de son mieux.

Si bien qu'on s'attache au personnage, qui sont très humains.

Dès le départ, nous connaissons la fin de ce roman, qui ne joue pas sur les actions ou les rebondissements. Juste une parenthèse de vie racontée. Une situation de vie dans laquelle n'importe qui pourra se reconnaître.
Toutefois vers le dernier quart du roman, un retournement de situation apparaît et bouleverse un peu l'histoire, rajoutant un peu d'actions.
J'aurais pu m'en passer, mais ce ne m'a pas particulièrement gêné, même si j'aurais préféré que le livre reste comme dans la première partie.

Néanmoins, un petit détail, m'a déçu, la brièveté de la scène de la mort de Mouche. Je veux bien que l'auteure est préféré parler de la vie, que de la mort. Mais il y a des limites !!!

J'aurais aimé être à ce moment là dans l'esprit de Sophie.

En conclusion : Un livre qui traite de la mort d'une façon touchante mais pas sentimentale qui fait réfléchir sur les nombreux aspects philosophiques ou culturels de ce grand moment et qui montre que les gens autour de nous sont très importants.
Un bon livre pas exeptionnel mais agréable.

Si vous avez aimé, je vous conseille: "Momo prince des bleuets" de Yaël Hassan

Les pompes funèbres (...) étaient ouvertes 7j/7, 24h sur 24, comme le night shops, à croire qu'un mort n'a pas plus de patience qu'un fumeur

p76

Commenter cet article

Bernieshoot 16/04/2016 19:29

un livre qui aborde avec assez de justesse le thème de la mort. je vous souhaite la bienvenue dans ma communauté Livres Ô Blogs

Plume vive 17/04/2016 13:19

Merci
Exactement (problème informatique) ce livre aborde avec assez de justesse le thème de la mort cependant j'ai personnellement préféré "Momo prince des bleuet" de Yael Hassan.
Au plaisir de vous lire

Plume vive 16/04/2016 19:30

Merci
Exactement

Archives

Articles récents